Site Loader

LOCATION

Rock Street, San Francisco

Le premier radar routier a été installé en 2003. Se sont ensuite succédé 6 générations de radars, certains fixes et d’autres mobiles. Ils sont évidemment utiles pour éviter les accidents. Mais à force de changement de limitations de vitesse, les automobilistes grincent des dents.

Plein feu sur les radars de vitesse

On peut dire que les radars de vitesse se répartissent en 4 groupes pour les distinguer plus facilement des autres :

  • les radars de vitesse fixes
  • les radas de vitesse embarquée
  • les radars de vitesse moyenne
  • les radars discriminants

Les premiers installés au cours du mois d’octobre 2003 étaient les radars de vitesse fixe. Ces derniers calculent la vitesse des voitures et flashent ceux qui sont en excès de vitesse. Il en existe environ 2200 de cette catégorie.

Concernant les radars de vitesse embarqués, ils sont fixés dans un véhicule stationné sur le bord de la route. Contrairement aux premiers, ceux-ci ne sont pas signalés préalablement. On compte approximativement 570 radars de ce type.

Pour ce qui est du radar de vitesse moyenne ou radar tronçon, son fonctionnement repose sur un calcul suivant deux paramètres. D’une part, l’heure de passage de la voiture devant le radar, et d’autre part le temps qu’il a mis pour passer devant le dispositif. Ce genre de radar se trouve généralement sur des portions routières avec un risque élevé d’accident.

En ce qui concerne le radar discriminant, il est également de type fixe. Il est capable de faire la différence entre les différents types de voitures, du plus léger au poids lourd.

Flash sur les radars pour les arrêts

Les emplacements avec un feu rouge ou un stop sont également équipés de radar. A ce titre, le radar de feu rouge est utilisé pour vérifier si les voitures franchissent la LEF ou ligne d’effet des feux tricolores. La LEF étant reconnaissable par une peinture pointillée au sol sur le bitume. Le radar prend 2 photos : si la voiture s’arrête après la LEF et si elle poursuit son chemin malgré le feu rouge. Pour le radar de stop, comme son l’indique, il consiste à mesurer l’arrêt du conducteur avant la ligne sur la chaussée, marquant la halte.

Les autres radars sur les routes

Outre les radars routiers mentionnés plus tôt, on peut également citer d’autres types de radar. Ce sont le radar de passage à niveau, le radar de chantier, le radar pédagogique et enfin le radar mobile.

Le fameux détecteur de radar

Certes, les radars ont été créés non pas pour sanctionner à tour de flash, mais plutôt pour protéger les usagers de la route. Ils obligent les conducteurs à ralentir sur certaines portions de route, en particulier celles qui sont connues pour être assassines. Toutefois, les limitations de vitesse peuvent sensiblement changer sans qu’il n’y ait aucune indication, causant du tort aux automobilistes non avertis. C’est pour résoudre cet épineux problème que beaucoup se dotent d’un détecteur radar flash à bord de leur véhicule et ajuster leur vitesse à temps. Les détecteurs modernes peuvent repérer la présence d’un radar à 1000 mètres à la ronde, comme le cas de l’AMZ360. Malgré leur praticité, ils sont interdits par la loi. Il vaut mieux donc savoir bien les dissimuler et en user à bon escient.

Post Author: Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *