Site Loader

LOCATION

Rock Street, San Francisco
Bien-être : Surmonter la peur chez l’enfant

L’enfant acquiert avec l’âge plus de confiance et d’indépendance. Vous devez cependant lui laisser gérer ses peurs de manière autonome, et vous armer de patience. Avec quelques principes clés, voici comment aider votre enfant à surmonter ses peurs.

Comprendre avant tout la peur chez l’enfant

Riche de trésors culturels, architecturaux et gastronomiques, Lyon offre également divers services à la petite enfance comme la crèche Lyon. La solitude, le noir, les orages bruyants, les bruits inconnus et assourdissants créent la peur chez l’enfant. De même, la consultation chez le médecin, les piqûres, ou les monstres imaginaires des placards peuvent l’effrayer. De manière générale, les parents sont en mesure d’accompagner leurs enfants à affronter ces peurs.

Identifier la nature de ses peurs

En tant que parent, il est de votre devoir d’apprendre à vos enfants à gérer les peurs auxquelles ils font face. Les peurs ne sont pas d’autant plus toutes pareilles. En effet, selon les spécialistes, les peurs qui n’interfèrent pas avec la vie de l’enfant n’ont pas toujours besoin d’être combattues. Par exemple, si l’enfant n’est pas adepte de films d’horreur, ce n’est pas uniquement par peur. Il est ainsi tout à fait capable de choisir les événements qui lui inspirent confiance. S’il décide qu’il n’aime pas une chose ou une autre, ceci prouve qu’il défend ses besoins, et qu’il connaît ses limites.

Être solidaire avec ce que l’enfant ressent

Après avoir identifié l’origine et la nature de la peur de votre enfant, faites-lui comprendre que vous le prenez au sérieux. Les spécialistes recommandent cette démarche, plutôt que de se moquer de l’enfant. En effet, quelque chose qui fait peur à un enfant ne le serait pas systématiquement pour l’adulte. Le meilleur moyen pour aider votre enfant à surmonter ses peurs est de valider ce qu’il ressent. Autrement dit, au lieu de lui dire que ce n’était pas effrayant, essayez d’être solidaire avec votre enfant. Dites-lui qu’il n’est pas le seul à avoir peur d’une telle chose.

Inciter l’enfant à parler de ce qui l’effraie ou le perturbe

Il faut toujours encourager un jeune enfant à parler de ce qui l’effraie. Les enfants savent peut-être de quoi ils ont peur, mais ils n’ont pas toujours les mots pour l’expliquer. Leur poser les bonnes questions est le meilleur moyen pour vous de l’aider. Demandez notamment à un enfant qui a peur des chiens ce qui l’effraie le plus par rapport à cet animal. N’hésitez pas à rentrer dans des détails plus précis en lui demandant si un chien l’a surpris ou l’a mordu. Une fois que vous avez identifié ce dont votre enfant a peur, vous serez en mesure de déterminer la meilleure façon pour l’aider à surmonter cette peur.

Accompagner l’enfant pour gérer lui-même ses peurs

Une autre manière de l’aider est de lui laisser gérer lui-même sa peur. Une fois que vous l’avez rassuré, passez rapidement à autre chose. L’objectif est de ne pas s’attarder à offrir à l’enfant un confort autour de ce qui l’effraie. Engagez plutôt une discussion sérieuse autour de la façon dont vous allez travailler ensemble. Une fois qu’il se sent plus courageux, il sera capable de gérer sa peur par lui-même grâce à ses propres ressources.

Établir un plan pour atteindre les objectifs d’éliminer sa peur

Le fait d’établir un plan avec votre enfant constitue également une solution permettant de l’aider au mieux. En d’autres termes, favorisez le travail avec votre enfant pour fixer des objectifs raisonnables. Votre enfant a notamment besoin que vous restiez à ses côtés dans la pièce, jusqu’à ce qu’il s’endorme. Ainsi, convenez avec lui qu’à la fin de la semaine, il devra essayer d’éteindre la lumière et s’endormir tout seul sans vous. Une fois les objectifs clairement fixés, expliquez-lui les étapes à suivre pour réussir ce dont vous vous êtes fixé.

Demander l’aide des spécialistes

Si les peurs de l’enfant persistent sévèrement, ou gênent sa vie quotidienne, demandez de l’aide aux spécialistes. Des signes prouvent que les peurs de votre enfant sont plus profondes. Ces peurs peuvent limiter la capacité de votre enfant à profiter de sa vie ou à participer à des activités. Il peut ainsi refuser d’aller en classe ou au parc par peur d’y croiser des chiens. L’environnement urbain, animé et dynamique, comme celui de Lyon, peut susciter des signes d’anxiété sévère, ou des crises de panique chez l’enfant lors de son trajet vers sa crèche.

Post Author: Valentina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.